anne-teresa-de-keersmaeker_2011c2a9herman-sorgeloos

Cette dernière, Violin Phase, réalisée à l’Eglise Saint-Eustache à Paris pour cette fois, dure seulement dix-sept minutes. Ce bout d’art est une petite partie d’une grande composition : Fase. L’ambiance est magique au pied de l’église. Imaginez cette pureté qui s’émane de la pièce : le costume est léger, blanc et minimaliste ; les gestes gracieux, la symbolique est grande.

Sur le sable, Anne Teresa exécute un enchainement de pas de danse précis, tout en rotation, et petit à petit, un dessin apparait, une rosace, fine et délicate. Puis deux, puis trois…

Il semble que durant son interprétation, Anne Teresa soit comme programmée, ses gestes sont exécutés précisément et avec un enchainement impressionnant ! Ses pas semblent synchronisés au rythme même de la musique qui la guide, qui nous vient du compositeur américain Steve Reich.

51582

Ses œuvres sont connues car elles font partie du mouvement minimaliste, apparu dans les années 1960 aux Etats-Unis. Il est caractérisé par un ensemble de son simple et surprenant (klaxon, bruits de verres, etc.) dans le domaine musical. C’est un style de musique basé sur la répétition d’un même son, parfois sur un rythme changeant.

D’ailleurs, lorsque Steve Reich pris connaissance de la chorégraphie, il fut bouleversé par l’interprétation de l’artiste tant elle était en accord avec son œuvre.

reich-bd66aca390b3cbc642431d57edd287e941939ca0-s6-c30

Aujourd’hui dans une ambiance plus pure, qui sait ce que nous réservera l’art demain…