festival aurillac, dance, danse festival des arts de rue

Ce rendez-vous artistique est une surprise pour tous puisqu’il regroupe plusieurs artistes, troupes, qui se produisent à tous les coins de rues. Tantôt vous y voyez des danseurs transportés par leur chorégraphies, puis en prenant une autre rue, vous vous retrouvez nez à nez avec des musiciens, des clowns ou des marionnettistes toutes catégories confondues.

Cette année, habitants, touristes ou passagers ont pu y prendre part sous un temps magnifique, de quoi faire régner la bonne humeur !

Tout semble irréel, comme une dimension fantastique : costumes, numéros et décors, tout y est pour transporter les spectateurs dans un univers festif.

On vous présente tout de même quelques artistes…

Le Centre chorégraphique La Manufacture a accueilli durant ces jours la troupe MAN’OK et Cie, qui présentait un extrait de son spectacle : Kwaïdan. Dans cette représentation, la danseuse Sayoko Onishi incarne le fantôme d’une femme qui a aimé de toute son âme et qui souffre de devoir dire adieu au monde qu’elle a connu. Elle forme un duo quasi-parfait avec un danseur de talent, se mouvant sur les airs joués par Robert Toussaint.

Dans la rue cette fois-ci, la compagnie Frichti Concept présentait les deux volets de son spectacle, et ce, chaque jour du festival à quelques centimètres du public enjoué d’une telle proximité. Normal, quand ces trois danseurs miment avec harmonie toutes sortes de déclarations d’amour et autres élans passionnés.

Tandis que les deux danseurs Marco Mannucci et Alessandra Laciotti présentent « Les Amants du Ciel », en dansant verticalement sur un bâtiment ; que les jongleurs et danseurs du Collectif Protocole improvisent sur des sons découverts au moment M ; la compagnie Bakhus attend la tombée du jour pour présenter leurs deux danseurs : Mickael Six et Sami Loviat-Tapie, qui se produise avec des jeux d’ombres et de lumières tout en faisant jouer leurs corps.

Tout autant de numéros ingénieux et étonnants qui nous donnent envie d’aller y faire un tour l’année prochaine…