Giselle, aussi appelée les Wilis, c’est l’histoire d’une jeune paysanne amoureuse d’un homme : Albrecht, qui lui jure fidélité. La jeune femme ne cesse de danser en l’honneur de son bien-aimé. Cependant, sa mère l’accable de reproches : les personnes qui ne cessent de danser se transforment en fantômes (les wilis). Seulement, Hilarion, le garde-chasse amoureux de Giselle, découvre la véritable identité d’Albrecht et révèle devant tous qu’il est duc et fiancé. Giselle finira par en mourir de folie. Les deux hommes venus se recueillir sur sa tombe tombent sur des wilis, qui se réveillent la nuit et les condamnent à danser jusqu’à leur mort. Giselle, nouvelle wilis, essaie d’intervenir avec peine jusqu’au lever du soleil…

 

La version du théâtre Stanislavski

Deux grands danseurs interprètent les rôles principaux, Natalia Ossipova et Sergueï Polounine. Costumes, décors (imaginés par Vladimir Arefiev) et effets lumineux installent un contraste entre le clair et l’obscur, comme pour mettre en contradiction l’amour et le désarroi. Rapidement, on remarque que Natalia a compris toute la finesse du romantisme en ne tombant pas dans des clichés naïfs et niais. Le duo Natalia-Serguaï fonctionne à merveille, on a comme l’impression que tout s’enchaine naturellement, sans réflexion.

Natalia Ossipova et Sergueï Polounine

 

Un ballet entre amour et tristesse

Sergueï, en Albrecht, est émouvant lorsqu’il se recueille sur la tombe de Giselle. Lorsqu’elle en sort en tant que nouvelle wilis, l’expression faciale et la posture qu’adopte Natalia nous retire toute illusion de pureté et de légèreté. Giselle est bel et bien rongée par la déception, elle est cadavérique, froide et nous fait bien sentir la différence entre la vie et la mort.

Et même si on a l’impression que Giselle occupe une grande place dans l’histoire ; la Reine des Wilis, qui condamne les deux hommes à danser jusqu’à leur mort est impressionnante. Interprétée par Oksana Kardash, elle libère un charisme et une autorité qui nous laisse admiratifs.

giselle Natalia Ossipova et Sergueï Polounine

 

La modernité au service du ballet

Giselle est un ballet qui traverse les années, et qui se modernise grâce à de grands talents qui, pour autant, ne renient pas l’essence romantique de la pièce.

On aime la poésie qui s’en dégage et on vous invite à en visionner plusieurs versions sur le web !