Comme vous pouvez le deviner, le terme « street dance » signifie « danse de rue », nous sommes donc bien loin des ballets que l’on vous présente assez souvent. Ce mouvement est apparu aux Etats-Unis et en Allemagne et comporte deux grandes tendances : le new school (plutôt basé sur le hip-hop, rap et RnB), et le krumping (plus agressive, inspirée des danses tribales africaines).

De plus en plus de jeunes se frottent à la street dance, on en voit dans les rues, sur les places des grandes villes le soir, divertissant la foule des passants.

Plus officiellement, depuis quatre ans se tient le rassemblement du Red Bull Beat It, qui réunit les danseurs et leur public. Chacun est libre d’y venir pour admirer les créations des danseurs amateurs et professionnels. La particularité de ce show : aucune contraintes, aucune figure imposée, chacun y vient pour s’exprimer. Bien sûr, les danseurs sont en concurrence puisque leur danse est jugée directement par le public qui brandit un carton.

Cette année, à Lausanne, et en raison des conditions météorologiques, la démonstration a eu lieu au D ! Club où plus de 600 personnes ont pu rentrer, sans compter le reste de la foule qui patientait dehors dans l’espoir de trouver une place.

lausanne redbull

Les seizes finalistes ont enchainé sur des musiques inconnues, devant l’œil impressionné des spectateurs. Tout avait l’air d’un show à l’américaine, les sons proposés ont certainement donner envie à plusieurs d’entre eux de danser ou de se mettre à la street dance.

C’est finalement le danseur Valaisan Goku qui remportera le battle pour la deuxième fois. Gagner le Red Bull Beat It, c’est aussi être reconnu et découvert. Une aubaine pour ces jeunes talentueux qui souhaitent montrer le caractère positif et énergique de la street dance.